Compte-rendu de lecture : La Figure de César dans le DSV et dans les Essais, Bénédicte Boudou et Françoise Charpentier

Bénédicte Boudou et Françoise Charpentier, « La Figure de Jules César dans le Discours de la servitude volontaire de La Boétie et dans les Essais de Montaigne », dans Cahiers de recherches médiévales et humanistes, no13, 2006, p. 183-203.

Disponible en ligne. URL : https://journals.openedition.org/crm/858

Compte rendu par Aliénor Vallet, étudiante en Master Lettres à la Sorbonne Nouvelle.

L’article comporte deux parties : La première, « La Figure de Jules César dans les Essais », est due à Bénédicte Boudou, la seconde, « La pensée politique de Jules César, de Montaigne à la Boétie » à Françoise Charpentier. Celles-ci démontrent que le portrait de César est complexe et équivoque chez Montaigne.

Cet article est à la fois riche en constats argumentés et en hypothèses intéressantes. Les deux auteurs développent l’idée que pour Montaigne, César serait avant tout un grand homme de guerre, puis un historien d’autant meilleur que ses gestes surpassent son éloquence, mais que pourtant, Montaigne au fil des livres et des couches de texte semble avoir une opinion ternie de César. En effet, celui-ci est dénoncé pour son ambition qui a amené les guerres civiles, et ses tyrannicides semblent être loués. Bénédicte Boudou émet l’hypothèse intéressante que Montaigne loue Jules César quand il réussit grâce à la fortune, et condamne son ambition personnelle et ses actes à l’encontre la fortune. Contrairement à Alexandre, il est en effet un parvenu. Elle émet également l’idée que si César est décrit de façon composite et fascine tant Montaigne, c’est parce qu’il cherche à saisir l’homme derrière le personnage et voit en lui un échantillon de l’humaine nature. Françoise Charpentier compare des passages de Montaigne et de La Boétie en s’appuyant principalement sur le livre II et relève que cette condamnation de César comme ayant enterré la République romaine provient d’une influence de La Boétie, même si La Boétie semble s’intéresser à la liberté politique, là où Montaigne se préoccupe plus de la question des guerres civiles et de ses horreurs. Elle relève également l’omniprésence de César chez La Boétie bien que son nom apparaisse peu.

I. La figure de Jules César dans les Essais

La chercheuse commence par donner la vision que le XVIème siècle avait de Jules César. Les humanistes ont une vision ambivalente du grand homme qui les fascine. D’un côté, il est vu comme un grand chef militaire, de l’autre, les tragédies tentent de déchiffrer les événements romains à la lumière des guerres civiles en France, s’interrogent sur l’utilité d’un tyrannicide qui n’a pas libéré Rome de la tyrannie, et Simon Goulart dénonce César qu’il oppose au vertueux Alexandre. La position de Montaigne semble être comparable à celle de son siècle. Il l’admire comme chef d’armée, mais aussi comme orateur et écrivain, mais il est présenté comme une personnalité à multiples facettes.

1. Les sources de Montaigne qui permettent de déterminer quel César il fait apparaître dans les Essais

La première source de Montaigne concernant César est César lui-même, avec ses Commentaires où il porte 681 annotations. Cependant, il en fait une utilisation ténue dans les Essais. Ses autres sources sont Dion Cassius, qu’il lit probablement par le biais de la Methodus de Jean Bodin, Plutarque et Suétone. Montaigne s’intéresse surtout à la vie de César de Plutarque à partir du chapitre XIX, négligeant ainsi le chapitre VI qui souligne que César achète la faveur publique, dont La Boétie se souviendra. De même, la fin de vie de César est absente chez Montaigne, qui condamne à plusieurs reprises son ambition. Chez Suétone, il s’intéressera moins à l’homme public qu’à l’homme privé au sein des trente derniers chapitres.

Ainsi, Montaigne privilégie le chef de guerre dans son portrait de César. En voici les principaux traits : César est habile à pratiquer l’art de la surprise, il témoigne d’une grande autorité et a l’art d’exhorter par son parler, mais il fait pourtant beaucoup par lui-même et marche toujours devant sa troupe, c’est un vaillant capitaine respectueux de ses ennemis.

Montaigne s’intéresse également à César historien parce qu’il a su allier le faire au dire et surpasse par ses gestes l’éloquence (II, 10 et II, 17). Ainsi, dans le premier livre se trouve le chapitre « un mot de Caesar », et César penseur a marqué Montaigne (I, 20, p. 233 et I, 27, p. 362, édition Naya).

Le portrait qu’il dresse de César est composite parce que Montaigne cherche à saisir l’homme derrière l’image officielle d’un personnage. Il voit en César un échantillon de l’humaine nature, d’où le fait qu’il s’émerveille devant les multiples facettes de César.

2. Peut-on en conclure à la disparition progressive de César ?

Sur les 115 occurrences, César est présent 43 fois dans vingt chapitres du livre I, 58 fois dans 18 chapitres du livre II (qui comporte deux chapitres qui lui sont consacrés), 14 fois dans le livre III. Dans le livre I et II, César est mentionné soit seul, soit en présence d’hommes auxquels il est égalé (Pompée, Xénophon ou Alexandre) et n’est évoqué qu’une seule fois de façon injurieuse (II, 11, p. 142, « ce brigand »). Dans le livre III, César n’est évoqué seul qu’à deux reprises. Sinon il est associé à Alexandre, ou à Pompée. Parfois, il n’est pas nommé au sein d’une allusion insultante (fin de III, 1, début de III, 7). Au sein du dernier livre, la figure du chef militaire et de l’historien a disparu, là où il est évoqué en II, 33 et 34 avec les guerres civiles contemporaines. Son ambition est fustigée au chapitre II, 36, au privilège d’Alexandre.

Nous pourrions alors en conclure à une révision du jugement de Montaigne à propos de Jules César. Bénédicte Boudou donne deux arguments textuels en faveur de celui-ci. Le premier concerne César chef militaire, au III, 13. Le second est à propos de César historien, au chapitre 17 du livre I. Montaigne s’émerveille de voir « combien Caesar se déploie largement à nous faire entendre ses inventions à bâtir ponts » (p. 208), mais après 1588 il regrette que César se soit étendu sur un sujet d’architecture dans lequel il n’avait aucune compétence.

Cependant, chez Montaigne l’admiration de César coexiste avec le refus de l’ambitieux.

3. La coexistence d’affirmations contradictoires concernant le personnage

Bénédicte Boudou développe son propos sur la coexistence de sentiments contradictoires suscités par Jules César en s’appuyant sur le chapitre II, 33, « Histoire de Spurina » où l’ambition de César est lourdement condamnée. Montaigne souligne également à plusieurs reprises la clémence et douceur de César envers ses ennemis (douceur que La Boétie qualifie de « venimeuse ») mais dans « De la Vanité », cite l’ordre de César au chapitre II, 27 « Couardise mère de cruauté » de tirer au visage des gendarmes de Pompée. Elle donne encore plusieurs exemples tirés du livre II de contradictions et en conclut que Montaigne équilibre tout reproche formulé contre César par un éloge, ou inversement. Au livre I, chapitre 14, p. 196, Montaigne évoque les sacrifices consentis pour qui « s’endetta d’un million d’or pour devenir César ». Cet énoncé était précédé d’une phrase qui justifiait un tel sacrifice : « Combien d’honnêtes hommes ont rejeté tout leur certain à l’abandon… pour chercher le vent de la faveur ». Cependant, elle est suivie d’une autre phrase à propos des marchands : « Et combien de marchands commencent leur trafic par la vente de métairie ». Ainsi, Jules César est dans un entredeux indécidable, entre honnêtes gens et marchands.

Montaigne semble sensible à la responsabilité que César accorde au hasard dans ses annotations aux Commentaires. En I, 48, p. 508, il lui apparaît comme un miracle de la nature, de même qu’Alexandre. Mais au chapitre I, 24, p. 290, Montaigne hésite à déterminer si ce qui a prévalu chez César est un volontarisme qui a fait renverser tous les obstacles par une absolue confiance en soi, ou une confiance en sa fortune. Finalement, Montaigne semble faire preuve d’indulgence quand César emploie ses efforts dans le même sens que la fortune, et réprouver César pour son arrogance quand il veut gagner par soi, sans l’aide du hasard. En effet, César apparaît à Montaigne comme un parvenu de la politique, qui n’a pas pour gouverner la même légitimité qu’Alexandre. En effet, Alexandre est fils de roi, là où l’ambition de César amène la ruine du pays (II, 36, 755 dans l’édition de Villey).

II. La pensée politique de Jules César, de Montaigne à La Boétie

Françoise Charpentier commence par justifier l’étude conjointe de La Boétie et Montaigne à propos de la figure de César, d’autant plus que La Boétie mentionne César uniquement deux fois par son nom. Cependant, César est secrètement présent à tous les moments clés du raisonnement boétien, et l’on en retrouve des reflets dans les Essais selon Françoise Charpentier. Elle revient alors sur leur amitié, la disparition progressive et sujette à des interrogations de La Boétie dans l’œuvre de Montaigne, avant de qualifier Montaigne d’éditeur infidèle. Cependant, elle a pour thèse qu’il se cache dans son livre un « César de La Boétie » palimpseste ».

1. César chez Montaigne

Elle relève elle aussi que la présence de César se raréfie au fur et à mesure que le livre avance (avancée de l’auteur dans l’écriture de 1580 à 1588 et avancée du lecteur du livre I au livre III). De même que Bénédicte Boudou, elle affirme que Montaigne est partagé entre l’admiration et la désapprobation, rajoutant que cela est dû à ses sources : l’historiographie latine et les biographies montrant ses vitia et ses virtutes. Montaigne concentre ses reproches sur l’aspect politique de l’action de César.

Françoise Charpentier se penche alors que les chapitres 33 et 34 du livre II, où Montaigne construit dès sa première édition un tableau complet de César. Dans « L’histoire de Spurina » se lit une réflexion à la fois éthique et politique. Les premiers développements de cette partie éthique cernent la personnalité de César, et mêlent une admiration émue et des remarques qui frôlent le sarcasme. Ayant amorcé le thème de l’amour et l’ambition, deux passions exemplaires de la lutte de l’homme, il évoque la « complexion amoureuse » de César. Il n’y insiste pas sur l’ambiguïté sexuelle de César, à part en mentionnant au chapitre I, 49 l’épisode de Bithynie avec le roi Nicomède dans une citation de Suétone. Or, La Boétie évoque le caractère efféminé du tyran, sans citer particulièrement César, ce qui n’est pas sans rappeler sa figure malgré tout. Montaigne évoque ensuite la question de l’ambition de César, et finit par une condamnation sans appel.

D’un point de vue politique : la réflexion concerne l’idéal de la République romaine, qui est un modèle de liberté utopique et vite compromise. Montaigne, comme La Boétie, n’aime « ni la naissance ni la vieillesse » de Rome (III, 9), c’est-à-dire ni la royauté ni l’empire. Cela nous amène à engager la question de la pensée politique de Montaigne et la présence de La Boétie dans les Essais.

2. Le César de La Boétie chez Montaigne

Françoise Charpentier revient également sur la figure de César au XVIème siècle : il est à la fois un grand modèle tyrannique, et en même temps une personnalité exceptionnelle. La Boétie développe une théorie de la tyrannie où le personnage de César peut se deviner en filigrane, notamment à travers les grands héros libérateurs « Brute et Casse ». On peut également penser à César à propos de la séduction du chef « femmelin » qui réussit à « enchanter » tant de sujets. Enfin, le nom de César apparaît à propos de Néron ; ce rapprochement est éloquent. Pour La Boétie, César est caractérisé par son action et sa personnalité morale : son action est liberticide, et La Boétie le juge moralement de façon lapidaire. Ainsi, La Boétie prend le contre-pied de la doxa humaniste sur César : il ne croit ni en sa clémence ni en sa « douceur », et fait l’hypothèse de l’hypocrisie. On peut également relier la « venimeuse » douceur au poison mortel de la tyrannie auquel les hommes se sont accoutumés par une sorte de mithridatisation.

Françoise Charpentier relève alors le César de La Boétie chez Montaigne en mettant en regard des citations du DSV et du livre II des Essais, notamment concernant Brutus et Cassius, ainsi que Caton dont la mort hante les Essais, Montaigne et La Boétie voyant dans son suicide l’ultime révolte de la liberté. Montaigne s’intéressait moins à une liberté politique, la liberté prenant des voies intimes, intellectuelles, liées à la philosophie du moi toute différente de la liberté héroïque, politique et romaine de La Boétie, qu’au constat de la dégradation de l’État et aux horreurs des violences civiles.

La parole de La Boétie a une impression profonde sur Montaigne : sa vision idéale de Rome porte la marque de l’idéal républicain de La Boétie. Si César reste pour Montaigne le grand chef de guerre et l’historien qu’il a toujours été, il est aussi le fossoyeur de la République romaine, et il rappelle les « temps malades » que vit Montaigne.

Les instances narratives du Hobbit sont-elles un médiévalisme ?

Dans le cadre du séminaire de Vincent Ferré « Le médiévalisme : retour du Moyen Âge dans les arts et la littérature (Europe et Etats-Unis, XIXe-XXe siècles) » à l’Université Paris-Est Créteil, j’ai pris la parole sur la question « Les instances narratives du Hobbit sont-elles un médiévalisme ? ».

Le médiévalisme pourrait être défini comme un retour du Moyen-âge dans les arts et la littérature. Nous pouvons notamment mettre en avant ce carnet d’hypothèses portant sur ce domaine.

Vous trouverez plus bas un lien de téléchargement vers un document récapitulant l’essentiel de cette présentation orale, avec notamment les extraits sur lesquels celle-ci s’appuyait, les idées majeures, ainsi qu’une bibliographie.

La figure du tyran dans les fables en français de Marie de France à La Fontaine

Frontispice des fables, Recueil de traités de philosophie morale et politique, incluant un Isopet, Paris, 1372, Besançon, Bibliothèque municipale, ms. 434, fol. 371v.

Dans le cadre du Master 1 à l’Université Paris-Est Créteil, j’ai eu l’occasion d’effectuer un mini-mémoire dans le cadre du séminaire de Jeanne-Marie Boivin, « L’éclosion d’un genre littéraire en français : la fable » pendant le premier semestre de l’année scolaire 2018-2019.

Celui-ci portait sur la figure du tyran dans les fables en français de Marie de France à La Fontaine. J’ai concentré mes recherches sur quatre fables : « Le Loup et l’agneau », « Le Loup et la grue », « Le Partage des proies » et « Les Grenouilles qui demandent un roi ». Je les ai étudiées au sein de recueils héritant des fables de Phèdre à travers le Romulus ordinaire : dans le recueil de Marie de France, l’Isopet de Chartres, ainsi que dans les recueils provenant du Romulus de Nevelet avec l’Isopet de Lyon, l’Isopet I de Paris, l’Isopet II de Paris, l’Esope de Julien Macho, le recueil de Jean de Vignay et La Mer des histoires, ainsi que dans les Fables de La Fontaine. Toutes les fables citées dans le dossier sont présentes en annexe pour plus de lisibilité.

Je partage ici ce dossier en format PDF, qui bien que manquant d’appuis critiques et doté d’une bibliographie assez faible, porte sur un sujet et un corpus assez spécifique pour n’avoir été que très peu traité et pourrait ainsi fournir un premier éclairage au lecteur intéressé.

Les figures du pouvoir politique chez Montaigne et La Boétie (Introduction – M1)

Ma première année de Master a été effectuée à l’Université Paris-Est-Créteil. Durant celle-ci, j’ai réalisé un avant-projet de mémoire qui correspond à une introduction sur le sujet « Les figures du pouvoir politique dans De la servitude volontaire et Les Essais ». Celui-ci n’est encore qu’une ébauche d’un travail en cours et qui sera amené à évoluer, cependant je mets dès à présent à votre disposition ces premières recherches.

Présentation de Confanciens

Ce carnet a pour vocation de diffuser mes recherches d’étudiante en master Lettres, notamment sur mon mémoire ayant pour intitulé « Les figures du pouvoir politique dans le premier livre des Essais de Montaigne et dans le Discours de la servitude volontaire de La Boétie ». Ces éléments seront principalement des comptes rendus de lecture, des pages rédigées de mon mémoire, des bibliographies. Le titre du carnet, « Conférences avec les anciens », indique une relative unité temporelle que je souhaite conserver en évoquant plutôt des auteurs de l’antiquité au XVIème-XVIIème siècle, ainsi qu’une position humble que j’adopte sur le modèle des auteurs humanistes. Ces recherches sont un dialogue avec les œuvres anciennes et émettent des hypothèses dans une quête de sens.